44 LANGAGE DES PETITS MAMMIFERES

le renard animal totem 

  Reconnaissance du renard dans RENARD 220px-Fjellrev_pho

Le renard est un animal très futé, qui sait être très discret. Il est très rapide et attentionné pour sa famille. Les personnes qui ont l’énergie du renard, sont très observateurs, ils se fondent dans leurs entourages. Ils savent très bien se dissimuler. Les gens qui voyagent beaucoup, peuvent se munir d’un talisman de renard.

Représente la Diplomatie, la Ruse. Grâce à lui, vous saurez à quel moment sortir au grand jour et vous faire entendre, et à quel moment vous taire et garder vos idées secrètes.

Le symbolisme du renard s’avère important et très varié selon les civilisations.

L’homme Renard:
Le Renard est très dépendant de son entourage pour réussir dans ce qu’il entreprend. Il a heureusement un bon flair      pour discerner ceux et celles qui pourront l’aider à réaliser ses projets. Il peut de plus compter sur une chance qui le quitte rarement.

La femme Renard:

doit aussi compter sur son entourage pour bien s’exprimer. Elle adore être active et il faut que son partenaire amoureux partage son goût de l’action pour que ça fonctionne bien entre eux. Il devra accepter de se joindre à elle dans ses déplacements, ses voyages et même ses randonnées dans  la nature.

Pour la sagesse africaine, le renard incarne les contradictions inhérentes à la nature humaine: il est actif, inventif… et en même temps destructeur, audacieux; on le sait craintif, inquiet et rusé… mais désinvolte. Réfléchissant, comme un miroir les ambivalences de l’homme, le renard se présente comme un double de la conscience humaine ; il révèle à l’individu ses pensées les plus intimes, ses plus profonds désirs et lui fait prendre conscience de la responsabilité de ses actes.

L’aspect le plus important révélé par le renard à l’être humain est lié à son comportement émotionnel.L’individu renard, se protège particulièrement dans le domaine relationnel en se repliant sur lui-même et en se coupant des autres par peur  du rejet, du manque d’amour ou de l’abandon.

Renard peut se duper lui-même en se convainquant de son peu d’estime de lui-même qui selon lui dépend du fait qu’il est né ordinaire et qu’il continue de mener une vie ordinaire.

Renard, Animal Totem, vous demande d’apprendre à rester vous-même et à exprimer ce que vous ressentez profondément,quelque soit l’environnement extérieur…à ne plus agir selon ce que vous dicte votre mental, mais à vous mettre à l’écoute de votre cœur et de votre intuition.

La maîtrise émotionnelle s’avère une étape importante de votre évolution. Après transformation, auto création, votre énergie émotionnelle vous donne la faculté de percevoir la réalité au-delà de l’apparence, de relier l’invisible au visible, le monde spirituel au monde matériel.

Le Fennec… petit renard du désert…

250px-TA_ZOO_orna_Pict0224

Il vit loin des points d’eau et peut  rester de longues périodes sans boire. L’eau est la symbolique du corps astral constitué des désirs, des sentiments et des émotions.

Contrairement à l’individu renard qui projette sa colère sur autrui, l’individu fennec préfère refouler ses émotions plutôt que de les ressentir et de les exprimer.

Le fennec est un animal sédentaire, il vit en couple stable et en famille, pas en groupe.

L’individu Fennec a un désir de stabilité affective, d’amour attachement  basé sur une relation stable. Il a de la difficulté à exprimer, à manifester, sentiments et amour.

Très réceptif et perméable aux ambiances, l’individu Fennec doit développer la conscience de soi afin de savoir qui il est réellement.

« Dans un vrai désert, même les chacals ne peuvent survivre ; on n’y trouve que des addax et des fennecs : ces animaux créés par Dieu pour rappeler à l’homme ses propres limites. «

Sidati Ag Scheik

Published by Nacha dans les animaux totems

Nous avons beaucoup de choses à partager avec vous. D’abord laissez-nous vous dire que nous ne vous reprochons pas de nous avoir chassés et piégés depuis si longtemps. Nous savons qu’il nous est interdit de nous introduire dans vos poulaillers pour chercher notre nourriture. Mais c’est comme si on vous  » lâchait » dans un supermarché en vous disant « Servez-vous. Prenez sans payer ! » Résisteriez-vous à la tentation ?

Nous comprenons que vous nous piégez pour avoir nos peaux pour vous tenir chaud – mais, nous aussi, nous avons besoin de nos beaux manteaux de fourrure ! Vous nous trouvez toujours très rusés, mais il faut que nous le soyons. Nous sommes de petite taille, donc nous avons besoin de réfléchir pour être plus malins que nos ennemis. Par exemple, nous devons réagir instantanément aux aboiements des chiens de chasse lancés à notre poursuite : nous devons trouver le moyen de tromper ces chiens pour qu’ils perdent notre piste – si nous voulons sauver nos  » peaux » …

Voilà la raison pour laquelle nous venons habiter de plus en plus dans vos villes. Là, nous sommes à l’abri des chasseurs, et vous pouvez admirer notre beauté naturelle et notre agilité. Vous voyez qu’il y a moyen de vivre en paix ensemble !

Nous voulons vous parler aussi de la joie et de la légèreté – deux choses essentielles dans la vie. Beaucoup d’entre vous ont oublié comment vivre dans la joie. Vous avez certes, parfois de grands soucis dans la vie, mais si on aborde les problèmeAfficher l'image d'origines le cœur léger, ils se résolvent tellement plus vite et plus facilement. Même dans les gouvernements, les politiciens (rusés comme nous, direz-vous !) trouveraient plus facilement des solutions à leurs problèmes s’ils s’arrêtaient un peu, et réfléchissaient tranquillement dans le calme et l’optimisme avant de se lancer.

L’Humanité va quand même dans la bonne direction, contrairement à ce que vous pourriez croire, chers amis. Mais ne prenez pas pour argent comptant tout ce qu’on vous raconte dans les médias. On essaie de vous maintenir dans le désespoir en ne vous montrant que les infos négatives : pourtant il se passe tant de belles choses autour de vous, même si l’on ne vous en parle pas. Essayez de les trouver, et vous verrez comme la vie peut être belle.

Car vous n’êtes pas tous des méchants ! En chacun d’entre vous il y a de la beauté, bien qu’il faille parfois creuser très profond pour la trouver. Même les plus cruels tyrans abritent au fond d’eux-mêmes une étincelle de Lumière : par exemple, peut-être une tendresse pour un enfant ou un animal, ou encore une émotion devant un beau tableau ou en écoutant une belle musique.

11880250_533975636750394_1443508705_n

Il faut oser laisser s’exprimer votre bonté profonde. Vous verrez que vous vous sentirez mieux quand vous aurez chassez les pensées sombres, puisque vous avez tous la Lumière en vous. Ne la craignez pas, laissez-la s’extérioriser, qu’elle rayonne autour de vous. La vie est tellement plus simple et plus belle avec un sourire sur les lèvres. Cela n’est pas toujours facile dans le contexte actuel. N’oubliez jamais, chers amis, que la Lumière que vous portez en vous est plus forte que l’obscurité.

Les trois règnes, animal (auquel nous appartenons), végétal et minéral, sont là pour vous aider à trouver votre Lumière.

 Renard-roux-mammifere-France-Europe- Eurasie-Amérique du Nord-Afrique-du-Nord-Australie

Oui, nous sommes là, près de toi, et nous te remercions de nous écouter et de prendre notre message. Il est destiné à vous tous sur cette belle planète Terre.

Nous sommes tellement nombreux, nous les animaux, les oiseaux – et vous, les êtres humains – à profiter de ce que nous offre notre Mère-Terre. Elle nous donne tout ce qu’il faut pour vivre en paix. Mais c’est à nous de savoir utiliser ses largesses afin que chacun en profite selon ses souhaits. Notre Terre-Mère nous offre chaque bien avec Amour, car elle aime tous ses enfants de tous les règnes (minéral, végétal, animal et humain). Tout est là à notre portée pour que la vie se déroule au bénéfice de chacun dans une harmonie parfaite

Et si nous bénéficions tous, à parts égales, de ce que la Terre nous offre, c’est parce que nous faisons partie de cette grande Unité des êtres vivants : il y a un phénomène de résonance entre chaque être vivant partout sur notre planète – et dans l’Univers.

Mais il faut bien constater que nous avons oublié comment vivre ensemble. Nous ignorons cette interaction entre chaque cellule vivante mais c’est justement cette interaction qui fait fonctionner harmonieusement l’Ensemble. Nous pouvons retrouver cette harmonie – et nous la retrouverons ; mais il faut que chacun s’y mette, que chacun joue le rôle qui est prévu pour lui et qu’il a choisi en toute conscience avant de naître. C’est comme cela que nous pourrons retrouver le Paradis Terrestre où tout être vivant était en osmose avec notre Mère-Terre. Nous devons lui rendre cette munificence qu’elle nous donne.

Par ailleurs la Terre est parfaitement capable de se défendre contre les agressions que vous lui faites. Ne croyez pas qu’elle soit sans défense. Elle est beaucoup plus forte que vous ne le pensez. Si elle ne réagit pas sur le moment c’est par Amour, pour ne pas nuire à ses chers enfants humains.

Faisons en sorte qu’elle ne soit pas obligée de réagir d’une façon qui provoquerait notre destruction. Cela est déjà arrivé. A nous de l’éviter….

11873918_533941943420430_894367845_n

Nous autres, les hérissons, nous vivons tellement près de la Terre que nous ressentons intégralement ce qu’elle subit. Bien que nous sachions instinctivement nous nourrir de ce qu’elle nous fournit – il nous arrive parfois, nos biens Chers Amis, d’apprécier les bons mets que certains d’entre vous nous offrent. Une petite soucoupe remplie de pain trempé dans du lait est très appréciée – nous vous en remercions ! Soyez indulgents avec nous lorsque de temps en temps, nous profitons des croquettes que vous laissez dans vos jardins pour nourrir vos chats. Nous savons que beaucoup d’humains nous aiment bien.

11846317_533941946753763_848906024_n

Nous sommes des créatures de la Nuit. Quand nous traversons les routes d’un bout à l’autre et que vous nous écrasez, nous ressentons que vous ne l’avez pas fait exprès. Malheureusement nous nous déplaçons très lentement sur les routes et nous remercions ceux d’entre vous qui, nous apercevant dans la lumière de leurs phares, ralentissent pour nous éviter.

Nous n’avons comme seule défense que de nous rouler en boule et de nous hérisser pour nous protéger. Mais ne faites pas comme nous ! Ne vous repliez pas sur vous-mêmes pour vous protéger de la vie extérieure, et ne vous  » hérissez  » pas car cela vous empêcherait de voir toute la Beauté qui vous entoure. Nous essayons de vous aider à mieux ressentir cette Joie et cet Epanouissement.

Message remis en forme écrite avec l’aide de Dorothée

Blaireau

Nous t’avons longtemps attendue pour te transmettre notre message, et enfin le moment est venu.

Nous sommes une espèce nocturne, méconnue de beaucoup d’entre vous. Aimés par certains, pourchassés par d’autres, nous sommes perçu en tant qu’animaux nuisibles à un moment donné et puis nous sommes protégés à un autre. C’est l’éternel conflit entre vous, les humains, et nous, les autres règnes.

Lorsque nous sommes nombreux vous trouvez que nous faisons des dégâts sur vos terres en creusant nos terriers. Pourtant, nous habitons aussi cachés que possible de votre vue, vivants dans les bois, loin de vos habitations. Où est l’époque où nous vivions tous ensemble dans la paix et la compréhension sur cette belle planète, Gaïa ? « Très loin dans le passé » pensez- vous, mais peut-être pas aussi loin dans l’avenir. Nous retournerons à cette époque, n’en doutez pas.

Vous nous trouvez peu sociables, indépendants et un peu grognants. Certes, nous aimons agir seuls, et que l’on ne nous dérange pas. Il est sûr que nous n’apprécions pas d’être interrompus dans notre quête de nourriture. Nous partons avec un seul but et ne dévions pas de cette intention ; pas comme vous, qui vous dispersez dans tous les sens avec des multitudes de pensées qui tourbillonnent dans vos têtes comme les abeilles dans leur ruche.

Calmez-vous ! Arrêtez-vous un instant ! Respirez profondément, et repartez avec une seule pensée. Vous verrez que, lorsque vous serez dans le calme, il vous sera plus facile de poursuivre votre chemin avec facilité et légèreté, – et ce, que vous fassiez vos courses au supermarché ou que vous preniez une grande décision d’importance nationale ou mondiale.

Vous n’avez pas souvent l’occasion de nous rencontrer car nous vivons surtout la nuit. Nous voyons très bien dans l’obscurité. Le noir ne nous dérange pas. Mais vous, vous avez peur de l’ombre. Pour vous, cela représente le côté néfaste, négatif de la vie. Pourtant ce côté-là est nécessaire. Il faut le jour et il faut la nuit, le noir et le blanc (comme notre pelage). C’est cela, l’équilibre. Vous craignez le noir qui, pour vous, représente le côté sombre de la vie, avec toutes ces violences, les guerres, les misères que vous subissez en ce moment. Ayez conscience que c’est vous qui nourrissez l’Ombre quand vous êtes dans la peur. Faites donc le contraire. Envoyez de belles pensées de Lumière et d’Amour sur votre peur. Regardez l’Ombre avec compassion, elle a besoin de cela pour se transformer en Lumière. Quand il n’y aura plus de négativité pour maintenir le côté sombre, il sera dans la paix et se fondra dans la clarté. Pour cela, il faut vous réunir, vous les êtres humains – ce que, d’ailleurs, vous êtes en train de faire maintenant. Continuez sur ce chemin – vous êtes bien partis. Pensez-y quand vous êtes confortablement « enterrés » dans vos maisons, comme nous au fond de nos terriers.

Nous sommes bien conscients que tout le monde n’a pas un toit pour s’abriter la nuit et qu’il y a parmi vous des sans-abri. Pourtant, ce sont les humains qui ont créé cette situation en permettant à cette Ombre d’exister ; et ce sont les humains qui peuvent redresser cet état de choses.

Vous avez les capacités d’y parvenir ;

vous aurez la force d’y arriver si vous regardez la Lumière et que vous vous y fondez.

Pensez-y, chers amis.

ecureuil-roux-face 1

Oui, nous sommes là, autour de toi. Nous t’attendions pour prendre notre message pour vous tous.

Tu nous vois toujours joyeux, dans les arbres, à sauter d’une branche à l’autre. Hé oui, tu as raison, nous sommes toujours en train de jouer, de nous amuser entre nous. Et pourquoi pas ? Pourquoi nous effondrerions-nous dans la tristesse ? Bien sûr, nous n’avons pas vos problèmes matériels. Nous n’avons pas de problèmes. Mais, au fond, nous sommes quand même semblables. Nous aussi allons travailler tous les jours, et, finalement, dans le même but : chercher de la nourriture. Nous « travaillons », vous et nous, pour nourrir nos familles. Mais pour nous, pourvu que nous ayons un abri pour faire nos nids, et assez à manger et à boire… que faut-il d’autre dans la vie ?

Afficher l'image d'origine

Vous devriez vous contenter de moins de biens matériels. Vous avez tout ce qu’il faut pour vivre (ou trop pour certains d’entre vous!), mais il y en a aussi qui n’ont rien du tout. Chez nous, c’est la même chose. Il arrive que certains parmi nous ne trouvent pas suffisamment à manger pour survivre. Mais nous savons que la Vie est ainsi. Et quand tout va bien, nous en profitons pour exprimer notre joie en jouant ensemble jusqu’à ce que nous ayons faim ou soif. Vous devriez essayer de jouer et vous amuser davantage dans vos vies – comme nous… Nous savons néanmoins que nous avons quelque chose de précieux : la liberté – quand beaucoup d’entre vous ne l’ont pas.

Il arrive parfois que quelques uns d’entre nous partagent votre vie. Cela peut arriver lorsque vous nous avez apprivoisés, le plus souvent quand vous nous avez sauvé la vie. Dans ce cas, nous apprenons à vivre ensemble, et même à nous amuser ensemble. Alors, bien sûr, nous n’avons plus notre précieuse liberté, mais, c’est volontaire. Si nous décidons de vivre avec vous, c’est toujours pour une raison spéciale et par notre décision : c’est que nous sommes venus avec ce but dans la vie – vous aider. Vous êtes avec nous, vous vous occupez de nous – et pendant un petit moment, vous oubliez tous vos problèmes. Peut-être pas pour longtemps – mais c’est toujours ça de gagné dans la vie !

Essayez d’agir comme nous, nous qui vivons le moment présent. Nous aussi savons qu’il faut penser à l’avenir. Pour nous, l’avenir c’est l’hiver : il faut prévoir les provisions pour ces moments-là où il n’y aura rien à manger. Mais nous faisons nos préparatifs dans la joie. Essayez d’agir comme nous.

Plus vous souriez, plus la vie vous sourira, et se déroulera facilement. Plus vous serez joyeux et positifs, mieux vous résoudrez vos problèmes. Vous voyez que, lorsque vous souriez à quelqu’un, cette personne vous sourit en retour. Cela lui fait du bien – et à vous aussi. Vous repartez plus léger et meilleur en vous-même. Ce n’est pas difficile de sourire, et vous apportez beaucoup autour de vous.

11872771_533977266750231_1356304375_n

Alors, chers amis, essayez. Nous vous aiderons.

Le cerf  animal totem  

Le cerf signifie la fierté et l’indépendance. Il nous aide a développe notre assurance et renforce notre sentiment de dignité. Il est doux ; sa nature révèle un trésor inépuisable de compassion et d’amour qui lui permet d’ignorer la peur. Le cerf perçoit la bonté dans toutes les créatures, dans les situations les plus désespérées. Ce guide enseigne le pouvoir de la douceur ; il permet à son apprenti de connaître la façon d’atteindre le cœur et l’esprit des créatures les plus endurcies et de les aider à guérir.

Le cerf est un animal impétueux, fougueux, vif et rapide, il est lié aux énergies printanières.

Il est indépendant (Il vit à l’écart des biches, à part pendant la saison des amours).

Le cerf a un coté sauvage et incontrôlable et aime se rendre digne et peut être fier.

Il est très réceptif et sensible à son environnement (peut-être grâce à ses bois).

Intuitif et empathique, il est difficile de cacher au cerf ses sentiments, ses émotions.

Émotif lui même, ses sentiments affleurent très vite;

ces particularités font que le cerf sera souvent à même à comprendre les autres et à éprouver de la compassion, ayant lui même vécu intensément certaines situations.

Le cerf bondit vite d’un endroit à un autre, les idées filent vite et bondissent, ce qui peut provoquer un manque d’écoute.

Dans l’astrologie amérindienne, en Égypte comme en Chine, le cerf symbolise la longue vie, ce qui ne manquera pas de nous rappeler l’éternelle jeunesse attribuée à nos Gémeaux. La sagesse populaire égyptienne souligne toutefois que c’est un animal vaniteux (qui arbore fièrement ses andouillers) qu’il est possible de manipuler en jouant sur sa fatuité.

Le brame du Cerf en fait un animal bavard et extraverti qui crie ses envies à la ronde et manque de pudeur et de discrétion. La grande différence entre le caractère pacifique des femelles et hargneux des mâles souligne son caractère équivoque, double.

C’est un animal vivant en harde, profondément grégaire et sociable qui ne se retire du groupe que pour mourir. Ses mœurs sexuelles débridées le font souvent voir comme un animal peu fidèle quoi que cette image doivent être nuancée : le côté volage de l’animal devant sans doute plus être interprété sur le plan idéologique (difficulté aux engagements sincères et à la persévérance) que sentimental.

C’est dans son aspect féminin et Yin, celui de la Biche, que le Cerf développe ses qualités les plus probantes car il a besoin de davantage pencher vers l’intuition et la réceptivité, d’être plus à l’écoute des autres comme de lui-même pour que sa nature virevoltante s’équilibre.

Dans le bouddhisme, la biche représente la béatitude spirituelle (elle vint prêt de Bouddha pendant qu’il enseignait) car une fois tempéré, le Cerf, par sa grande capacité d’écoute et de transmission peut atteindre la sérénité de l’esprit.

Dans les 12 travaux d’Hercule, la biche représente l’opposition de la grâce et de l’agilité, de la finesse et de la vivacité à la Force, à l’héroïsme, à un excès de confiance en soi. Cela évoque l’axe Gémeaux/Sagittaire dans lequel les valeurs Gémeaux peuvent apporter la légèreté et la subtilité qui manque parfois aux Sagittaires. De plus, cette biche mythologique ayant des sabots d’airain, elle indique un ancrage profond dans la réalité, le concret : si l’esprit est vif et léger, cela ne doit pas empêcher de garder du réalisme et du pragmatisme.

On retrouve d’ailleurs cette idée de quête de la sagesse, de l’apaisement de l’esprit chez les celtes où une légende raconte qu’un chasseur poursuivit la même biche toute sa vie et finit par trouver la sagesse grâce aux multiples expériences qu’il connut sur le chemin.

Physiquement, la personne marquée par le Cerf a un corps nerveux, vif, prompt aux sauts et à la course. Le haut du visage (le crâne où se place la ramure) est souvent dominant, large et haut. Le regard est pétillant, les membres fins.

Published by Nacha dans les animaux totems

LE SYMBOLISME SOLAIRE DU CERF

Posté par othoharmonie le 11 février 2017

Symbole solaire du pouvoir celte, le cerf est l’animal de la vie (à cause de l’arbre que forment ses ramures), de la puissance, de la virilité, de la longévité (on disait qu’il pouvait vivre jusqu’à 900 ans) et de la vélocité. Comme l’ours, le cerf manifeste la force de la nature : sa chasse et sa capture sont le sujet de nombreuses légendes.

Grâce à sa ramure comparable à un arbre et qui se renouvelle périodiquement, le cerf passait déjà alors pour un symbole de la vie qui se perpétue, du renouveau et du passage du temps.

Il passe pour être hostile aux serpents venimeux, et son pelage constituait une amulette de protection contre leurs morsures. La poudre de bois de cerf protégeait aussi les semences des intempéries.

cerfs

Le bestiaire du Moyen Age répète les mêmes enseignements, mais ajoute encore que les cerfs auraient découvert l’effet magique dont ils font usage pour se défaire des flèches qui se sont fichées dans leur peau, et cicatriser leurs blessures. On lit aussi que les bois de cerf constituent un puissant remède : la ramure droite, plus efficace que la gauche, chasse les serpents lorsqu’on la brûle. La viande de cerf fait tomber la fièvre, de même que l’onguent que l’on tire de sa moelle.  En héraldique, le cerf est le symbole de « la douceur et de l’indulgence, car il est dépourvu de fiel, ce qui explique sa longévité, qui est d’une centaine d’années ». On y représente également la ramure seule qui est « un signe de puissance ».

Dans la mythologie celte, les cerfs sont les « bêtes à cornes des fées » et les messagers entre le monde des dieux et celui des hommes. Le dieu celtique Cernunnos était couronné d’une ramure de cerf, comme l’étaient les chamans des peuples primitifs. En fait, de la même façon que le cerf a formé un couple d’opposés avec le taureau, il semble qu’il ait été surtout opposé dans les pays celtiques au sanglier, où le cerf (comme le cheval) représente l’élément masculin et combatif et le sanglier le côté féminin et érotique de l’homme et de la nature.

Une divinité gauloise porte le nom de Cernunnos, « celui qui a le sommet du crâne comme un cerf ». Elle est représentée sur le chaudron d’argent de Gundestrup, assise dans la posture bouddhique, tenant d’une main un torque et de l’autre un serpent, entourée d’animaux les plus divers, et notamment d’un cerf et d’un serpent. Peut-être faut-il voir dans ces bois de cerf surmontant la tête du dieu un rayonnement de lumière céleste. Un autre monument remarquable est celui de Reims où Cernunnos est représenté en dieu de l’abondance. on en connaît plusieurs autres. Cependant, il semble bien que le dieu doive être compris comme le maître des animaux.

En Irlande, Saint Patrick se métamorphose et métamorphose ses compagnons en cerfs (ou en « daims ») pour échapper aux embûches du roi païen Loegaire : il agit ainsi en vertu de l’incantation ou procédé magique appelé feth fiada, lequel procurait normalement l’invisibilité. le symbolisme du cerf dans le monde celtique est donc très vaste et il a trait certainement aux états primordiaux.

En Bretagne armoricaine, Saint Edern est représenté chevauchant un cerf.

C’est ainsi que la bande de guerriers qui est chargée de veiller sur les ports de l’Irlande et qui mène une vie libre et joyeuse parmi les bois et les vallées, les Fenians (ou compagnons de Finn) agit sous l’autorité de ce dernier dont le véritable nom est Demné, qui signifie précisément le cerf. De sa femme, la biche enchantée Sav, il aura un fils, Oisin (le daim – c’est le prototype du personnage d’Ossian tel qu’il a été restitué par MacPherson à la fin du XVIIIe s.), qui lui-même aura un fils, Oscar, « celui qui aime les daims ».

Pour la possession de Grainné, la fille du haut roi de Tara, Cormac Mac Art, il poursuivra des années durant son neveu Diarmaid dont le sanglier est l’animal totem, donc aussi tabou (voir Tristan et Iseut où le cerf de Finn est remplacé par le cheval – et les oreilles de cheval du roi Marc).

Comme le cheval encore (mais également le renne ou le chevreuil), le cerf paraît avoir rempli chez les Celtes un rôle de psychopompe (qui conduit les âmes des morts) : c’est cousu dans une peau de cerf que, dans le roman de Tristan, le Morholt mort est ramené à la cour de sa sœur, la reine d’Irlande, tandis qu’Oisin, dans l’Accalam na Senorach (« le Colloque des Anciens »), va rejoindre sa mère dans l’autre monde.

A travers ses survivances dans la littérature galloise (histoire de Gereint et Enid dans les Mabinogion), puis médiévale et continentale (dans Erec et Enide de Chrétien de Troyes, par ailleurs une démarque du texte gallois), on trouve aussi la trace d’un symbole du cerf blanc qui renvoie apparemment à un ancien rituel magico-religieux pour s’approcher de la féminité divine.

Rapide et insaisissable, le cerf était souvent représenté – surtout sous la forme d’une biche ou d’un mâle de couleur blanche – comme un modèle de l’âme, ou un messager divin. Dans la mythologie celte, il tire le chariot de Flidass, déesse de la chasse.

De fait, il semble que l’invasion celte, lorsqu’elle s’est produite, a intégré dans ses propres représentations toute une partie du fonds pré-indo-européen, et que le culte ou les images de cerfs y renvoient très souvent à d’antiques pratiques chamaniques – comme dans l’épisode de Suibhne Geilt, « la folie du roi Suibhne », où l’on voit un souverain retourner à l’état de nature et vivre dans la compagnie des cerfs ou se saisir d’un daim pour en faire sa monture.

Le cerf, habitant de la forêt, est un défi perpétuel pour le roi chasseur Arthur. Au moment où la Cour prépare à Carlion le mariage d’Enid et de Gereint (Erec), on l’avertit qu’un cerf d’une splendeur inégalée traverse la forêt de Dena (Dean). Arthur le chasse et le tue, puis l’offre à Enid, lui donnant ainsi symboliquement les rênes du pouvoir.

chevreuil totem

Dans l’alchimie, souvent associé à la licorne, le cerf est le symbole du mercure philosophal. Une planche du chef-d’oeuvre de Lambsprinck, (XIVième) la pierre philosophale, nous montre les deux animaux face à face dans un sous-bois. Le poème accompagnant cette troisième figure révèle que le cerf symbolise le Mercure (aspect masculin) et l’Esprit ; la licorne est le Soufre (aspect féminin) et l’âme, tandis que la forêt est le Sel et le corps. L’alchimie, en relation avec le mythe antique du chasseur Actéon qui fut changé en cerf par Diane (Artémis), envisage le cerf en tant que symbole de la transformation du métal. Le cerf est ici lié au monde féminin et “ lunaire ” de l’argent.

CERF BLANC

Le cerf blanc porte un disque solaire sur le dos(La transformation du dieu-cerf au jour).

Le Cerf Blanc était un animal quasi légendaire à cause de sa rareté, et qui le tuait en tirait beaucoup d’honneurs. Ainsi, la coutume voulait que celui qui pouvait le tuer devait, en toute légitimité, et sans que quiconque s’y oppose, donner un baiser à la plus belle des jeunes filles de la cour. Si le baiser en lui-même n’était un affront pour personne, de nombreuses querelles naissaient au moment de choisir la plus belle : chaque chevalier voulait que cette qualité soit appliquée à sa Dame!

Dans la légende arthurienne, la chasse au cerf blanc entraîne les chevaliers au-devant de leur destin.

Les cerfs blancs (Le point de vue scientifique) Il est très peu répandu dans le milieu naturel. Cependant ceux qui l’ont observé et qui continuent à tenter de comprendre l’origine de ce phénomène, ont fini par identifier 4 pigmentations chez le Cerf élaphe Rouge d’Europe : – « rouge », au pelage brun normal, – « blanc », réunit tout type de coloration dominée par le blanc ; on y retrouve des individus au poil variant du blanc au beige en virant parfois vers le jaune, et possédant des yeux bleus, bruns voire des yeux de chaque couleur – « blanc pur », dont les représentants possèdent un pelage d’un blanc pur, et les yeux de couleur bleu – la dernière pigmentation « blesswild », traduite littéralement par « sauvage béni », est extrêmement rare et est matérialisée par de larges traces blanches présentes sur un pelage brun, partout ailleurs ; ces traces sont visibles uniquement sur le devant de la tête et parfois juste au-dessus des sabots. La pure variété blanche est celle qui possède le poil bien blanc et les yeux bleus. Certains spécimens de cerfs blancs, même considérés comme « purs » présentent des spots foncés pigmentant la peau et surtout visibles au moment des mues, notamment celle du poil d’hiver au poil d’été qui laisse apparaître des espaces sans poil à certains moments.

La suite bientôt    Merci d’être passé.

Merci et que ce moment de partage remplisse vos cellules de Lumière et d'Amour.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.