12 REFLEXION

  Dorothy Maclean         Dorothy Maclean

  •  messages de Dévas  (Soyez légers, soyez dans la joie pour vous rapprocher de nous)
  • Une compréhension subtile (holistique et spirituelle) de l’unité profonde de l’Homme et de la Nature et du règne végétal (plantes,fleurs et arbres) notamment, et la connexion matière/esprit à travers l’existence des Dévas, inséparables de l’existence physique de la Nature ; l’homme se fourvoie avec les pesticides et manipulations du Vivant alors que sa tâche est de se reconnecter avec sa nature et sa sensibilité subtile , porteuse d’immenses bienfaits..rappelons en effet que l’expérience de ces pionniers en connections avec les Dévas leur a permis d’obtenir dans le potager des CHOUX GÉANTS..
  • .Paru dans la presse locale ,les photos ont fait le tour du  monde et l’aventure du Jardin de Findhorn dés 1962 a été le début de leur notoriété mondiale, toujours croissante et toujours en activité..aujourd’hui.
  •  Le monde est entrain de changer, nous avons besoin de ce type de messages pour évoluer dans l’amour et nous reconnecter avec la nature.

 une réflexion avec le Déva de la Lavande daté du 26 juillet 1970 à Findhorn

En rangs serrés, comme nos fleurs dans leurs épis, nous semblons te dire de venir ; de laisser la pesanteur de la vie humaine et de te joindre à notre gaité .

Ne vois tu pas qu’il est possible de profiter de toute la vie avec cet esprit ? Ne vois tu pas que ta sombre vision de toute chose est un poids inutile qui n’a de réalité que dans ton mental ?

Nous savons que, dès la naissance, vous êtes plongés dans un monde de pensées qui vous sont rabâchées si constamment que vous les acceptez comme naturelles et que vous soutenez que toute autre attitude est irréaliste.

Mais maintenant, nous te pressons de faire mieux , de t’élever et de n’accepter dans ta conscience que ce qui est bon. Accepte tes problèmes comme quelque chose de plaisant, un jeu, des événements heureux d’où viendront des horizons nouveaux, car c’est ce qu’ils sont en réalité. Laisse-les t’élever au lieu de les faire t’enfoncer. Il y a une issue à tes ennuis, et c’est à toi de la trouver.

Tu ne la trouveras pas au niveau où ils se présentent, où ta connaissance se limite. Ton problème est une occasion de t’ouvrir de laisser entrer plus de lumière, de t’élever et de jouir davantage de la vie.

Quelqu’un peut montrer le chemin mais le problème est un de ceux que seule ta conscience peut résoudre. Tu ne peux en blâmer personne d’autre exactement et c’est de tes actes que dépend la solution. Nous voyons clairement  les réponses pour l’humanité, tout comme vous voyez clairement les réponses pour un autre ; mais vous oubliez de les appliquer à vous mêmes. Alors quand vous vous trouvez en difficulté, secouez vous et riez de vous même. Gardez le contact avec la lumière, qui peut vous montrer la voie. Soyez reconnaissants pour une occasion de croissance et de mouvement.

unbelievable-places-10-1

Ne vous lamentez pas sur votre destin et ne répandez pas la négativité  trouvez et répandez la lumière. La vie est un modèle de croissance et d’expansion ; marchez avec elle et transformez votre monde.

vous les hommes et nous les anges sommes faits d’une seule Substance , nous saisissons toutes les occasions de souligner ceci de mettre une étincelle de lumière dans votre vie, comme nous faisons pour la vie des plantes, et pour joindre nos deux mondes dans la joie. Nous aimons vraiment beaucoup toute vie, comme vous le ferez quand vous vous serez élevés jusqu’à vous mêmes. votre attitude est la voie ;

élevez-la. 

Quand un sourire touche nos coeur, quand la forêt nous plonge dans le calme et la paix, Quand la musique nous émeut jusqu’au ravissement,

Quand nous aimons réellement ou que nous rions ou dansions avec la joie, Nous sommes un avec les anges.

déva de la livèche
On dit que le monde dévique n’a pas d’amour et il est vrai que nous n’avons pas l’amour limité ou préférentiel qu’ont les hommes
simplement nous vivons dans l’amour comme les poissons vivent dans l’eau
Vous isolez l’amour, vous choisissez qui aimer,
Notre royaume est une mer d’amour, car nos cœurs battent pour le plus grand de tous les amours, l’amour lui même et nos énergies vont vers tous les mondes de même que la pluie tombe sur les juste et les injustes,
Nous ne pourrions pas confondre nos consciences si notre amour était limité On devient un avec ce qu’on aime : ceci est apparent partout,
Quand on aime Dieu de tout son coeur, de tout son corps, de toute son âme et de tout son esprit on devient un avec Dieu et donc avec tout
Si vous n’aimez que votre moi limité, vous êtes seul, Nous ne connaissons aucune solitude,

déva des oeillets swett william
Nous avons une complète liberté d’entrer et de sortit de l’existence l’un de l’autre, sans aucun obstacle, Ne vois tu pas que c’est le but de la vie de se manifester pleinement sur les nivaux extérieurs de l’être en même temps pleinement unis et conscient de l’Unicité ? C’est la réalité
Une vie respire à travers toutes, Respecte toute vie,car elle fait partie de toi et tu fais partie d’elle,

Angelot au chaton près du bouquet géant...

Une réflexion avec le Déva de la Violette Sauvage  daté du 31 mai 1970 à Findhorn

(une violette vue dans les herbes coriaces des dunes de sable, au milieu d’hectares d’ajoncs dorés).

Tu trouves en nous une puissance et une autorité aussi grandes que celles des grands arbres, bien que nous soyons la plus petite des fleurs que tu aies contactées. Oui, c’est parce que nous sommes sauvages, établies à notre aise, libres dans notre propagation, indépendants des caprices de l’homme. Bien sur, les formes déviques s’impriment le plus clairement là où les plantes peuvent s’enraciner naturellement. Maintenant , au delà de cette forme qui apparaît extérieurement, viens-en à notre qualité distinctive. Avec les yeux de ton mental, tu vois nos vives tâches de couleurs isolées au milieu des herbes, visibles là où les lapins ont mangé l’herbe.

Comprends mieux combien la vie est relation et dépendance. L’unité est un fait , non la théorie et toute vie démontre ceci aux yeux qui savent voir…  Vois aussi la valeur du contraste. Tout autour, il y a une mer d’ajoncs avec des millions de fleurs, tandis que nous sommes éparpillées çà et là, visibles seulement pour l’oeil perçant. L’ajonc se complaît dans sa profusion ; nous nous complaisons dans notre rareté et notre discrétion. Vous ne pouvez pas nous comparer. Chaque membre de la Nature est différent et unique. Mais vous, les hommes, vous passez votre vie à comparer ce que vous n’avez pas avec ce que les autres ont, que ce soit des vêtements, des jardins, de l’argent, des opinions, des souffrances, du temps  du travail, des occasions.

Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’être ce que vous êtes, d’être votre propre forme sans mélange et vous attirerez à vous les conditions convenables. Alors votre voix sera exactement aussi forte, exactement aussi vraie que toute autre voix. Tu ne peux pas t’arrêter de t’émerveiller sur la puissance de ma voix. J’ai trouvé ma niche.

Je suis là où Dieu a dit que je dois être et je suis donc aussi puissante que tout autre sur terre. Je suis la puissance – moi le symbole de la modestie ! Rien dans ce monde ou dans un autre ne peut ébranler ceux qui se conforment à leur modèle pré-établi et qui font sans restriction la volonté de Dieu.

Trouve et suis ce qui est pour toi la volonté de Dieu et ta voix sera la Puissance. Il semble que je doive commencer et finir sur la note de puissance- la puissance de Dieu, non la mienne. Mais je sais que tu m’aimes pour d’autres qualités et c’est dans l’amour que je te quitte maintenant. .

PARCE QUE VOUS AIMEZ  : VOICI UN CLIN D’OEIL  DE LA SOURCE         ondinedamour   

ESPRIT INFINI GUIDE MOI VERS TES SPHERES D’AMOUR ET DE BONTE.   

FAIS QUE CHACUN AIT SA PART DE BONHEUR DE CREATION DE CETTE SUBSTANCE.

Photo de Omraam Mikhaël Aïvanhov - Extraits et témoignages.

« Les quatre saisons sont placées sous l’influence de quatre archanges: Raphaël préside au printemps, Ouriel à l’été, Mikhaël à l’automne et Gabriel à l’hiver.

Quand approche l’équinoxe de printemps, tous les esprits et les forces de la nature travaillent sous la conduite de Raphaël pour ranimer la vie partout dans l’univers. Ce renouveau dans la nature est pour les humains synonyme de régénération, donc aussi de guérison. Sur l’Arbre de la Vie, Raphaël est l’archange de la séphira Hod, région où les kabbalistes ont placé la planète Mercure.
Or, le dieu Mercure (Hermès, dans la mythologie grecque) a pour attribut le caducée, qui est encore aujourd’hui l’emblème de la médecine.
Et le nom Raphaël signifie «Dieu a guéri». Pour les chrétiens, Pâques est la grande fête du printemps: dans toute la nature elle célèbre la résurrection du Christ, qui est aussi la résurrection de toutes les créatures.
C’est pourquoi, quand arrive le printemps, il y a pour chacun un grand travail à faire, c’est le moment de se débarrasser de tout ce qui est intérieurement vieux et caduc. Adressez-vous à l’archange Raphaël, demandez-lui de vous rendre réceptif aux vertus cachées des arbres, des fleurs, des herbes, afin d’entrer en communion avec ce grand courant qui vient du cœur de l’univers et qui apporte la nouvelle vie. » • Omraam Mikhaël Aïvanhov •
Photo de Jpbernard Massage Bien Etre Aux Fleurs De Bach.

« L’être humain ne devient véritablement puissant et libre que s’il parvient à vibrer en harmonie avec l’univers. Il commence à entendre cette symphonie de la nature entière où tout chante, les forêts, les rivières, les étoiles… C’est cette symphonie cosmique que l’on appelle la musique des sphères. Et pour entendre cette musique des sphères,

il doit commencer par harmoniser tout son être, tous ses organes par un travail assidu, un travail en profondeur. Au moment où les moindres particules de son être vibreront à l’unisson, la symphonie de l’univers se révélera à lui. »

• Omraam Mikhaël Aïvanhov •
Une Réflexion avec les Dévas des herbes :
    le 10 mai 1967
Ce n’est pas à nous de planer dans l’air au gré des courants magnétiques !
On entend « broute broute » alors que nous fournissons de la nourriture à d’innombrables affamés à la surface de la terre, que nous maintenons le sol en place par nos tapis et que nous offrons nos feuilles et nos graines. Sans notre couverture verte, même le son serait différent.
Nous sommes contents que tant de vies dépendent de nous. Nous sommes des serviteurs et des protecteurs  généreux, heureux, nous reliant à la vie d’en dessous et à la vie qui marche sur la terre, à la vie qui fuit et se cache – car nous sommes des forêts pour le petit peuple. Nous nous propageons, nous croissons et nous nous propageons encore. Sans nous le monde serait désert, sans intérêts.
Notre abondance est générale, bien que liée à la terre, rampant pour recouvrir toute fissure. Nous savons ce que nous devons faire et nous le faisons, encore et encore. Il est bien que nous ne prenions pas ombrage de ceux qui n’arrêtent pas de nous couper avec leurs dents !
Nous continuons joyeusement, près de la terre, près de la pluie et de l’air, encore et encore.
Dans ce monde merveilleux, nous sommes contents d’être vivants, contents de pousser, positivement contents !
LE PETIT PEUPLE DES  ELEMENTAUX
null

Messages des élémentaux

Septembre 2015

Je suis Erilim, Dragon, en ce sein et en ce centre ici, l’un des quatre gardiens. Nous les quatre plus jeunes des Dragons, en communion, en notre groupe de sept qui oeuvrons en ce lieu et en ces temps afin de maintenir, en stabilité, la connexion entre le monde nouveau qui s’intercale avec l’ancien, comme des appuis et des ancrages, afin de maintenir, en ces moments de fusion intense de particules adamantines et du feu solaire, ceci en ce point, en notre groupe mais également en d’autres lieux et en d’autres groupes avec lesquels aujourd’hui nous sommes reliés, d’où cette intensité et cette puissance.

Nous sommes heureux enfin de pouvoir partager ces instants avec vous, non pas pour nous faire connaître ou voir simplement de vous, mais surtout, et là est l’essentiel, afin de vous permettre lors de nos communions d’oeuvrer également en vos centres, en vos corps afin de stabiliser en vous, en les quatre Éléments, le Feu, et de permettre la jonction entre votre corps d’Êtreté et l’ancien, que je ne nommerai pas.

Nous sommes ici, également afin de partager, en communion avec les Elfes et les peuples élémentaux, à qui je laisserai la place, mais avec qui nous partagerons tous ensemble un moment de communion.

Nous sommes en fait effectivement reliés avec eux aujourd’hui ici-même, mais également en leurs lieux et en tous lieux sur cette terre. Que ce soit les Ondines, les Elfes, Élémentaux, que ce soit nous les Dragons, nous sommes venus partager et fusionner avec vous, offrir nos Présences afin d’être en votre Présence, de vivre ce moment dans le déploiement du Coeur.

Nous nous déploierons en périphérie du cercle que nous avons déployé autour, tout autour de vous.
Les Elfes parmi vous, par l’amplification des particules adamantines, déploieront un centre vibratoire, cet espace sera relié, est relié directement à tous les endroits sur cette terre, ainsi qu’aux Cercles de Feu. Alors nous nous plaçons autour de vous, et laissons le Roi des Elfes s’exprimer à son tour.

Je suis Erin, Roi des Elfes, en ce lieu. Eriane ainsi que tous les autres Elfes, nombreux, sont venus se joindre, ainsi que d’autres peuples élémentaux. Nous avons déployé un dôme de Lumière, amplifiant ainsi les particules adamantines.

Nous sommes en joie car ce jour est une rencontre de communion et de fusion, non seulement avec le peuple des Dragons mais aussi avec vous, chose qui peut paraître exceptionnelle mais qui est en ces temps de plus en plus facilitée.

Nous ne sommes pas là pour un simple jeu d’être vus mais bel et bien pour, ensemble, appréhender cette rencontre, de l’aboutissement entre le corps d’Êtreté et votre corps, entre ce que vous êtes en toute Éternité et l’éphémère. Cette rencontre au sein de notre vibration, soutenue par la stabilité qu’apporte les Dragons, peut vous permettre d’appréhender cette fin, ce renouveau, en quelque sorte, ce contact, non pas avec une quelconque peur mais bel et bien dans la joie, la joie et la facilité, facilité et simplicité.

Je suis Erin, Roi des Elfes, et nous allons nous placer autour de vous, entre vous, parmi vous. Ne cherchez pas un quelconque contact à l’extérieur mais bel et bien au coeur du Coeur.

La force et la puissance et la radiance des autres peuples sur cette terre venant nous rejoindre en cet instant, sera soutenue par la stabilisation des Dragons qui porteront leur Feu en les quatre éléments, renforçant ainsi et stabilisant le point d’ancrage en le coeur du Coeur.

Nous n’allons pas continuer en des mots. Nous allons simplement laisser maintenant oeuvrer ce qui doit l’être, nous abandonner, laisser oeuvrer, et, je dirais plus précisément, simplement en toute simplicité nous offrir ici et maintenant, simplement, nous offrir et nous laisser disparaître, en ce bain, en ce flot de Lumière, portés par les quatre Éléments, bien présents, en laissant simplement accueillir. Alors de mes mots je me tais et nous laissons baigner, ici et maintenant en un seul Coeur,

…Effusion vibratoire…

Je suis Eriane, Reine des Elfes, en ce lieu, je viens simplement pour ceux qui entendent encore ma voix, partager et fusionner avec eux au plus proche du coeur du Coeur. Partager en la joie et la paix ces moments que nous vivons, ensemble, réunis comme il n’a jamais encore été, mêlant différents peuples Élémentaux, les Elfes, et les Dragons, et les Humains.

Une rencontre des plus insolites mais qui pourtant aujourd’hui est rendue possible, simplement pour vous faire vibrer, en ce que vous êtes, en l’autre monde, en la 5D (5ème dimension). Simplement pour appréhender ce temps, l’appréhender non pas dans la peur mais simplement le vivre dans la Joie et la Paix, vous invitant à lâcher, auprès de nous ou d’autres Êtres de Lumière, ce qui peut rester de résistance, sur le plan émotionnel ou psychologique peu importe, simplement vous porter votre vision non plus à cette illusion de souffrance mais bien plus à ce que vous êtes en réalité, à ce que nous sommes, Lumière, mais avant tout la Paix.

Ce temps de Paix que vous avez tous souhaité, en cet instant, en nos contacts, maintenant ou après quand vous ferez appel à nous, que vous pourrez le vivre si cela n’est pas fait encore. Non pas en cherchant l’habitude à nous contacter mais simplement dans la nécessité. Non pas dans le plaisir de nous voir, de nous parler, mais simplement dans le respect de vous retrouver, d’être avec vous car là est le seul objectif si l’on peut dire.

Alors si vous êtes là encore à écouter ma voix, alors ensemble perdons-nous là où il n’y a plus de mots, plus de voix, là où vous n’êtes pas ce corps, là où je ne suis pas Elfe, simplement au centre, centre du Coeur.

… Effusion vibratoire…

Je suis Erilim, Dragon en ce lieu, nous allons nous placer au dessus, amplifiant de nos ailes et de notre Feu vos quatre Éléments, votre Feu en les quatre Éléments, venant ainsi stabiliser la jonction de votre corps d’Êtreté sur votre corps, déployant ainsi, au sein de votre coeur, votre flamme au delà, au delà même de ce corps, vous permettant de vivre les prémices de votre corps d’Êtreté de par le déploiement de ce Feu.

… Effusion vibratoire…

Feu agissant sur le déploiement de vos ailes, libérant ainsi l’une des facultés majeures de votre corps d’Êtreté.
Je suis Erilim, moi et les autres Dragons nous vous laissons baigner quelques instants en ce Feu.

… Effusion vibratoire…

Je suis Erilim, Régisseur et Dragon en ce lieu. Je me joins aux autres Dragons afin de vous rendre grâce pour ce moment de vécu, tous ensemble en Présence, parmi les Elfes et autres peuples élémentaux, reliés sur cette terre à plusieurs endroits où nos frères oeuvrent également, ainsi que tous les autres peuples. À ce passage de l’éphémère à la Vérité, de l’éphémère à l’Éternité.
À chaque instant, quand vous le souhaitez, vous pouvez venir nous rencontrer et c’est avec joie que nous nous retirons, laissant la place au Roi des Elfes qui souhaite lui aussi vous rendre grâce par ses propres mots.

Je suis Erin, Roi des Elfes, et je rends grâce à tous pour nous être permis tous ensemble de vivre cet instant d’union, en fusion, en cette Paix, en cette Joie. Jusqu’au moment ultime de l’absorption, de l’absorption de ce monde par l’Éternité, nous continuerons d’oeuvrer et continuerons auprès de vous si vous le souhaitez à vous accompagner, préservant en nos lieux et en certains lieux, afin de permettre à ceux pour qui les endroits dans lesquels ils se trouvent actuellement peuvent leur paraître difficiles, trouver auprès de ces lieux, auprès de nous, un moment de Vérité, de Liberté et d’Éternité en s’offrant tout simplement en toute simplicité. Je le redis, ne faites pas de cela un but mais simplement un outil pour vous montrer et vous faire vivre, je le rappelle, uniquement ce que vous êtes.

Moi, Eriane, et les peuples élémentaux vous rendons grâce, ainsi qu’au peuple des Dragons, ainsi qu’à tous les peuples sur cette terre qui se sont unis en cet instant.
Nous vous disons alors, à bientôt et vous laissons chacun dans votre Éternité.

… Effusion vibratoire…

Blog : Les Transformations

https://lestransformations.wordpress.com/2015/09/23/dragons-et-elfes-septembre-2015/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Voici maintenant une belle façon de communiquer avec eux…

elementaux-esprit-etre-nature

 

11 étapes pour communiquer avec les esprits de la nature

Les esprits de l’air (elfes, sylphes, fées de l’air…), les esprits de l’eau (ondins, ondines, vouivres, fées de l’eau…), les esprits du feu (salamandres, fées du feu…) et les esprits de la terre (gnomes, korrigans, lutins, faunes, fées de la terre…) sont les élémentaux qui évoluent sur une bande fréquentielle très proche de la nôtre.

L’approche exogène, par la mesure du biochamp dans les pratiques de géobiologie, aiderait beaucoup de gens à ressentir et à communiquer avec les esprits de la nature. Les lieux hautement énergétiques seraient davantage propices à des rencontres rapprochées.

Je me suis ouvert à la réalité des esprits de la forêt par l’entremise de mes compagnons cristallins. Ils m’ont guidé pas à pas dans certains boisés pour rejoindre des lieux qui semblaient anodins au premier regard. Ces lieux renferment une énergie inattendue et présentent des configurations de la végétation hors normes bien qu’elles échappent aisément à tout œil non attentif. C’est l’approche endogène qui caractérise ma relation avec les esprits de la nature. La reliance se fait avant tout de l’intérieur par leurs voix qui résonnent en moi en passant par le portail du Cœur.

Les deux approches, exogène et endogène, ne s’opposent nullement mais se complètent. C’est après avoir répondu à leurs appels intérieurs et m’être rendu dans les lieux indiqués, qu’il me fut possible d’utiliser mes mains afin de sentir des contacts énergétiques. Mes sens ont été sollicités pour les détecter, pour « voir » leurs jeux.

Mais leur cadeau le plus précieux fut de me faire comprendre que nous étions aussi des êtres élémentaux. L’homme est constitué d’Eau, d’Air, de Feu et de Terre. Ces quatre éléments sont en nous et en profond déséquilibres. Les quatre éléments appellent à être réharmonisés en chacun de nous. L’Égo se loge dans les fractures de nos quatre éléments.

L’Égo se nourrit du chaos et du désordre intérieur.

Les élémentaux sont au service des quatre éléments. Ils effectuent un travail immense pour perpétuer l’équilibre de ceux-ci à l’extérieur de nous. Bien que nous les ayons chassé de nous, ils s’échinent à poursuivre leur rôle fondamental au sein de la nature. Ils sont essentiels dans la perpétuation du cycle de la vie végétale et in fine de la vie animale et de la vie humaine. Ils cadencent les saisons et amoindrissent nos perpétuelles attaques contre la nature.

Les esprits de la nature sont profondément blessés pour les nombreux sacrilèges et destructions à leur encontre, à l’encontre des quatre éléments à l’extérieur de nous, à l’encontre des quatre éléments à l’intérieur de nous.

Les êtres élémentaires attendent une profonde et sincère repentance de chacun, pour les actes et les pensées dans cette vie et dans nos vies passées. Lorsqu’ils ressentent que cette demande de pardon vient viscéralement du cœur, et non pas de la périphérie de notre être, le mental, ils se mettent à notre disposition pour participer à notre grand rééquilibrage intérieur. Ils vont agir en nous afin de réinitialiser nos quatre éléments afin d’aligner notre être sur notre âme et non plus laisser notre égo se repaître de nos failles.

Le processus de guérison intérieur est très complexe et multiple. Les élémentaux sont essentiels à ce travail de guérison et de restauration de notre corps physique et de nos corps subtils. Les élémentaux disposent d’un pouvoir de guérison de nos centres énergétiques. Ils peuvent s’ancrer en nous. Mon expérience d’adombrement par une vouivre fut l’une des plus marquantes qui me fut donnée de vivre. Cette vouivre est allée au tréfonds de mon être pour délier un nœud énergétique qui obturait l’une des voies vers mon être véritable.

Les êtres de la nature vont toucher notre âme et rouvrir des portails intérieurs vers elle.

Les esprits de la nature attendent que notre alliance initiale soit restaurée, afin de manifester nos plus belles créations comme cela était établi à l’origine dans le plan divin. Cela se fait étape par étape. Il m’est demandé par mes guides d’aller au contact des esprits de la forêt le plus souvent possible et de m’exercer à développer une démarche emprunte de respect. Celle-ci demande encore à s’affiner. Mon approche se résume en onze petits pas :

1. Appeler intérieurement une rencontre

Une rencontre avec les êtres de la nature se prépare, pour moi, plusieurs jours à l’avance. En mon fort intérieur, j’émets le souhait de rencontrer des fées ou encore des vouivres, des gnomes, des elfes. Je projette sur cette pensée une émotion de joie. Lorsque mon esprit se porte sur une invitation, je sais où et quand je vais me rendre dans la nature afin de leur donner rendez-vous. Je suis déjà dans la gratitude que mon appel sera entendu.

2. Se libérer de l’agitation du mental

C’est important de ne pas arriver auprès d’eux avec son brouillard mental. Je marche souvent une bonne vingtaine de minutes avant de me rendre à l’endroit de mon invitation. Je prends ce temps pour chasser mes pensées et me vider des préoccupations quotidiennes. Cela agit pour moi comme un sas de décompression et de changement d’état d’esprit. J’essaye simplement d’observer autour de moi en ne pensant à aucun problème de la journée. C’est l’un de mes exercices de pratique de l’instant présent.

3. Saluer les présences invisibles hors du royaume de l’homme

En arrivant à l’orée du boisé, du parc ou de la prairie, je m’écarte du chemin pour me mettre sur le bas côté. Là, je les salue intérieurement. Je ne suis plus dans le monde des hommes (le chemin) mais dans le leur (à droite ou à gauche du chemin). Je suis au point de rendez-vous proposé intérieurement plusieurs jours à l’avance. À partir de ce point, je leur demande de me guider là où ils l’entendent. Je suis dorénavant leur invité s’ils le désirent.

4. Être dans l’observation et l’émerveillement

Je progresse simplement en étant attentif à ce qui m’entoure. J’essaye de retrouver mon regard d’enfant, celui du ravissement sans être béat. Sentir et voir les petits détails, ceux-là même que l’on ignore si on fait une balade avec un ami avec lequel on parlerait de tout et de rien. Les êtres invisibles de la nature nous surveillent dès nos premiers pas.

5. Faire appel à son intuition et à sa petite voix intérieure

Je demande intérieurement d’être guidé, droite ou gauche, je m’arrête ou je continue etc. J’essaye de me laisser guider par mon intuition pour bifurquer et avancer au gré des suggestions de ma petite voie intérieure. Elle est le support par lequel les esprits de la nature et tous mes guides communiquent avec moi. Si un arbre attire mon regard, je vais le saluer peu importe que cet arbre ne représente rien pour une autre personne qui viendrait avec moi. Si une feuille s’agite frénétiquement toute seule, alors que les autres environnantes restent immobiles, je prends le temps d’observer ce « jeu ».

6. Faire preuve de respect en tout temps

Je ressens lorsque je suis arrivé à destination. Je me garde de pénétrer dans certains espaces du lieu vers lequel je me suis senti conduit. Je prends le temps d’observer le lieu et plus précisément le périmètre dans lequel je peux évoluer et celui dans lequel je ne dois pas entrer. L’humilité et la sagesse sont de mise. Je suis particulièrement précautionneux sur ce point.

7. Faire une offrande aux esprits de la nature

J’identifie l’autel sur lequel je vais déposer mon offrande. Cette offrande, je l’ai choisi avec soin. Cela peut être une tomate cueillie dans mon jardin ou le plus beau fruit acheté au supermarché (sans pesticide). Je choisis ce que j’aimerai que l’on m’offre. J’affectionne le miel comme offrande. Je ramasse une belle feuille, et non pas cueillir une feuille, pour y laisser couler du miel. Pendant quelques instants, je tiens au creux de mes mains mon offrande pour la charger de belles pensées, avant de la déposer sur l’autel. Je me mets en retrait pour laisser s’approcher les esprits de la nature.
Un ami m’apprit à faire aussi des offrandes pour le règne animal qui est intrinsèquement indissociable du règne élémental.

8. Identifier et saluer le gardien ou le chef de la communauté

J’essaye d’identifier le gardien du lieu ou le chef des êtres de la nature qui régit l’assemblée présente. Je prends le temps de me recueillir devant lui et de le remercier de son hospitalité.

9. Accueillir ce qui nous est proposé

Cela me demande d’être dans le renoncement des attentes. J’observe, je me recueille, je ris ou je pleure parfois, je me laisse aller aux émotions qui viennent. J’écoute leurs messages et je leur pose mes questions.

10. Offrir une réparation

Je leur demande souvent pardon pour mes errances dans cette vie et dans mes vies antérieures à leur encontre. Je m’attache à parler de mes actes et non pas ceux de l’humanité. Une rencontre avec les êtres de la nature, ce sont eux vis-à-vis de soi, afin de ne pas se défausser sous couvert d’une responsabilité collective. Je prends souvent un sac avec moi pour collecter les déchets de la société humaine qui souillent les lieux. Contribuer à nettoyer le lieu est pour moi une autre forme de réparation à leur endroit.

11. Remercier les esprits de la nature

C’est important de remercier pour l’instant passé en leur compagnie. Le respect doit rester présent tout au long du chemin de retour. Les esprits de la nature et autres esprits de la forêt sont susceptibles de nous accompagner longtemps après notre visite.

Les êtres de la nature attendent qu’on les réintègre certes dans notre cœur. Ils désirent, au préalable, qu’on reconnaisse tout le mal qu’on leur a fait. Ils ne veulent pas de « je m’excuse au nom de tous les hommes ». Ils attendirent que MOI je me positionne dans mon acceptation du mal que je leur ai fait. Mes guides me demandèrent de dire quelque chose comme « Je m’excuse de tout le mal que je vous ai fait dans cette vie et dans mes autres vies » avec sincérité, humilité, avec la vibration du cœur et non pas celle de mon mental. J’ai mis du temps à le faire avec la bonne intention du cœur. Des mois. Demander pardon n’est pas évident mais cela déverrouille assurément la porte de leur monde.

Source : https://www.leretourdesdragons.com

Et si nous écoutions ce qu’ils essaient de nous dire…

( J’ai conscience de l’existence des élémentaux et autres présences, depuis de très nombreuses années. Étant Conteuse, j’écris des histoires où ils entrent en scène, pour parler de la Terre et du respect qu’on lui doit. J’habite même près d’un endroit où je les soupçonne d’être très actifs, du fait de la présence de grands et beaux arbres majestueux et de fougères…
Mais ça n’allait pas plus loin !

Et puis, récemment, une de mes amies, qui dessine sans arrêt un joli lutin dans l’idée de le mettre en scène avec d’autres personnages, a eu un accident de voiture. Je lui ai proposé un soin pour soulager ses douleurs. Et là, dès que j’ai fermé les yeux, le fameux lutin est apparu ! Espiègle et jovial il avait des choses à dire. Il conseillait à mon amie de prendre la vie avec plus de légèreté, en l’invitant même à venir dans la nature pour y jouer de la flute (elle est musicienne). Et surtout il lui demandait qu’elle le dessine, enfin, les yeux ouverts (jusqu’à présent elle ne l’avait représenté que les yeux fermés).

Suite à cette rencontre qui m’a également beaucoup touchée, j’ai décidé de me rendre de temps en temps à cet endroit, qui me fait des clins d’œil depuis si longtemps… notamment au pied d’un immense châtaigner qui semble être le Prince des lieux… )
On nous appelle Petit Peuple…

u90uflnr.gif

Nous sommes là !
Nous te saluons et t’accueillons les bras ouverts.
Tu ne nous vois pas ? C’est que nous sommes quelque peu farouche et surtout, comme tu le sais, nous n’évoluons pas dans le même plan de conscience.
Sois donc patiente, élève-toi, et surtout, pose toi. L’agitation n’est pas bonne compagne, ni pour toi, ni pour nous.
Apprends à reconnaitre les lieux qui t’inspirent, près des arbres, des cascades, des ruisseaux, aux sommets des collines silencieuses.
Nous sommes bien là. Gardiens et Éclaireurs de ces espaces de Nature.

70.gif

Nous avons des choses à te dire !
Laisse de coté toute analyse, tout calcul de ton mental. Fais taire la volonté qui t’habite de vouloir tout contrôler. Écoute simplement, regarde avec les yeux d’un enfant, sans chercher à voir quoique ce soit. Et laisse toi aller à cette douce rêverie que nous t’inspirons, à cette subtile magie que nous apportons partout où nous allons et à cette délicate vibration qui t’élève.
Tu n’as rien à faire d’autre, nous sommes bien là !

Photo de épanews.

Il arrivera un moment, ne cherche pas à savoir, où, quand, pourquoi, ni comment, où tu lèveras les yeux vers la cime d’un arbre, où tu poseras ton regard dans une clairière, et où tu nous verras… Ce sera merveilleux et tu croiras à l’enchantement.

null
Mais saches avant tout, que tu n’as pas besoin d’attendre de nous voir avec tes yeux d’homme, pour nous parler, pour nous entendre ! Le merveilleux est déjà là. Car ta présence à nos côtés nous honore. Toi qui simplement daigne porter attention à ce qui nous est cher : Les arbres, les fleurs, les montagnes, les roches, les sources, les animaux… La Nature toute entière !

miroir1.jpg

Oui ! Nous apprécions ta compagnie, ainsi que celle de tous ceux qui nous portent attention. Nous déplorons depuis si longtemps cette attitude qui consiste a nous enfermer dans les légendes et les contes pour enfants. Ils ne ne sont pas si nombreux ceux qui viennent nous parler, s’assoir au pied d’un arbre vénérable pour se laisser inspirer par notre présence.
Alors à toi, qui encore une fois, nous fais don de cette présence, nous te remercions et te demandons humblement, comme on pourrait le demander à un ami de longue date, de parler de nous, et de dire aux autres, qui, nous sommes vraiment !

Les ondines ressemblent à des rêves celtiques © JW<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> Waterhouse, The Lady of Shalott, huile sur toile

Les Ondins, esprits de l’Eau, peuplent les eaux vives et dormantes. Ils portent des casques ornés de pierres précieuses qui permettent aux mortels de respirer sous l’eau. Lorsqu’ils se montrent, on peut aisément les reconnaître au bas de leurs habits toujours mouillé.

Amoureuses, les Ondines sont fort jolies, minces, aussi souples et fluides que l’onde qu’elles habitent. Lèvres de corail, yeux et cheveux d’un vert étincelant, elles peuvent ouvrir le coeur, renforcer la délicatesse, la tendresse, la ferveur et la paix intérieure.

kilari épisode

Très beau poème offert par Nat Ana – Line.

Ondine

–  » Ecoute ! – Ecoute ! – C’est moi, c’est Ondine qui
frôle de ces gouttes d’eau les losanges sonores de ta
fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune ;
et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui
contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau
lac endormi.

 » Chaque flot est un ondin qui nage dans le courant,
chaque courant est un sentier qui serpente vers mon palais,
et mon palais est bâti fluide, au fond du lac, dans le
triangle du feu, de la terre et de l’air.

 » Ecoute ! – Ecoute ! – Mon père bat l’eau coassante
d’une branche d’aulne verte, et mes soeurs caressent de
leurs bras d’écume les fraîches îles d’herbes, de nénu-
phars et de glaïeuls, ou se moquent du saule caduc et
barbu qui pêche à la ligne !  »
*

Sa chanson murmurée, elle me supplia de recevoir son
anneau à mon doigt pour être l’époux d’une Ondine, et
de visiter avec elle son palais pour être le roi des lacs.

Et comme je lui répondais que j’aimais une mortelle,
boudeuse et dépitée, elle pleura quelques larmes, poussa
un éclat de rire, et s’évanouit en giboulées qui ruisse-
lèrent blanches le long de mes vitraux bleus.

448a5f80

On nous appelle Petit Peuple, Elfes, Lutins, Fées et Gnomes et autres Korrigans, dragons de tous ordres… tout dépend d’où nous sommes. Peu importe le nom que vous voulez bien nous donner, tant qu’il vient du cœur. Car c’est en effet la seule voix que nous connaissons, que celle du cœur !

null

Aujourd’hui justement nous parlons à ton cœur et à votre cœur à tous. Vois, voyez cette grandeur, cette noblesse, cette beauté que le chant des oiseaux accompagne quotidiennement. C’est la Nature !
Aujourd’hui, nous voulons célébrer ensemble nos belles retrouvailles. Car il s’agit bien de cela, de retrouvailles. Voilà si longtemps que nous ne nous sommes pas parlé.
Nous t’invitons donc à notre fête et laissons notre Joie nous réunir. Sens-tu cette allégresse, cette vie qui pétille, cette sève qui monte et cette générosité qui transpire de toute part ?

Ferme tes yeux et sens !

La Vie est lumière !
La Vie est abondance !
La Vie est riche… de tant de bienfaits !

Remercie avec nous pour tout cela.

Et maintenant que nous nous sommes retrouvé.

Nous Te demandons, Nous Vous demandons, d’être notre porte-parole et de clamer notre présence, à tous, et partout.
Dis leur quel est notre rôle.

Explique, combien la nature est souveraine, précieuse… parle de notre peine à nous, face à la souffrance que des êtres ignorants distillent au quotidien.

Nous avons en charge, les arbres, les fleurs, les ruisseaux, les clairières, les fougères, les animaux, toute la Nature que porte généreusement la Terre, notre Mère à tous. Nul endroit n’est oublié par nous.

Et on peut même nous rencontrer, dans les villes, dans certaines habitations, pour peu qu’il y ait de jolis jardins…
Malheureusement que pouvons nous faire parfois, devant votre ingratitude et votre irrespect.
Voyez ceux qui pensent qu’un acte de propriété établi par un notaire leur donne tous les droits. Forts de leur pouvoir ils disposent des lieux comme bon leur semble, ils abattent des arbres vertueux pour se faire de belles planches ou chauffer leurs jolies maison. Comprenez que, Tout, se respecte. Même les arbres ! Si vous étiez capable d’entendre la souffrance de ces grands Êtres, lorsque vous les décapitez sans vergogne et sans états d’âme, vous agiriez peut-être autrement…
Sachez que si nous n’étions pas là, la végétation aurait sans doute disparu, tant certains d’entre vous mette une énergie sur-puissante à combattre ce qui est la Vie.
Pourtant, nous ne pouvons pas tout. Et comme vous pouvez le constater certains lieux sont devenus stériles, par inconséquence…

Les arbres les plus beaux du Monde - Chaine Ange - Caroline du Sud

Alors informe les !
Dis leur que certains arbres sont telles des cathédrales, certaines clairières des sanctuaires, certaines sources des lieux magiques et sacrés, aux multiples vertus, certains champs fleuris des havres de paix, certaines grottes des réserves d’énergie, certaines montagnes des antennes cosmiques !

Photo de Said ETsaid.
Dis leur tout cela et même plus encore.
Nous qu’on appelle Petit Peuple, Élémentaux, nous chantons chaque jour à tous les coins de la planète, sans en oublier un seul, pour cette Nature généreuse.

Les Fées sont une création de la Vierge Isis et des Vierges Noires dans le but d’aider les Hommes à retrouver la lumière. »(source)

Elles aident aussi les élémentaux qui se sont laissé entraîner dans l’excès rationaliste des humains, perdant leur lumière intérieure.

Nées du cristal au sein de la terre-mère, les fées sont les gardiennes de la lumière.

Parées des couleurs et des symboles de l’arc-en-ciel, elles peuvent grandement alléger les jours sombres qui nous restent à traverser avant l’aube nouvelle.

Ces petits êtres ont une sagesse précieuse. Ce savoir est à notre portée si nous savons entrer en contact avec eux. Ils sont fascinants, drôles, charmants et accueillants.

kilari épisode

Demande leur s’il leur viendrait à l’idée, de détruire leurs propres maisons, leurs églises, pour y installer à la place des endroits pollués, vides, nauséabonds et bruyants.
Demande leurs s’ils iraient sciemment faire du mal à leurs propres enfants !

Photo de épanews.

Dis leur que la Terre est Vie et que la Vie, Toute la Vie se respecte.
Dis leur que tout est Un, indissociable et uni par la même Source et que tout est là pour œuvrer selon la Loi Divine dans une danse cosmique infinie…
Dis leur enfin que nous les accueillons tous pour célébrer ensemble l’Amour de cette Vie.
Dis leur de venir Chanter et Danser avec nous…
En guise de retrouvailles.
Des retrouvailles qui ne font que commencer.

Nous avons tant à vous apprendre ! Vous apprendre à écouter la Terre, la Nature…
Sachez que si vous acceptez notre aide, avec votre cœur, votre travail en sera grandement facilité, par ce que vous aurez l’accord et la participation active de nous tous. Et surtout parce que nous connaissons des lois, des secrets, que bon nombre d’entre vous ignore encore.
Nous sommes là pour partager : Demandez, Ouvrez votre cœur et vos bras, pour Recevoir.

Alors avant de nous quitter, Nous Vous disons : À bientôt !

♥ Petit clin d’oeil de la Source  du 5 mai 2015

Petit réveil tout en douceur avec l’impression d’avoir partagé mon rêve avec les dévas.

Il me semble que je viens de parler avec une petite fée aux ailes transparentes de lumière et d’amour.

Petite voix angélique, se déplaçant partout comme une libellule avec une grâce infinie..

Nous étions à l’orée de la forêt et son message semblait me dire.

« Tu sais je te dévoilerai un peu de nôtre monde petit à petit. ».

Je ressent encore ce sentiment d’avoir une nouvelle amie « un peu comme un ange gardien de plus »

Tout est limpide, mélodieux, d’une douceur incomparable : j’y suis bien.

Et puis un acouphène côté gauche,me sort de ma contemplation et  m’indique de prendre le cahier et de noter :

« Attention de ne pas te disperser ; continu comme ça, tout es juste.

Je t’ai donné la grâce de véhiculer ma lumière auprès de tous.

Tu es mon aimée   ici et maintenant ».

11951407_130065894006313_1327358923417212722_n

Publicités

Merci et que ce moment de partage remplisse vos cellules de Lumière et d'Amour.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s